Les Hiboux, ça change des vies!

La rondelle sonore

  • Écrit par Sarah Gagnon, Coordonnatrice au contenu numérique, AMI-télé
  • Authored on 7 mars 2018

Le hockey pour les aveugles

Le hockey sonore est une adaptation de notre sport national pour les personnes ayant un handicap visuel. Les règles sont les mêmes que le hockey sur glace traditionnel, à une exception près : pour qu’un but soit accepté par l’arbitre, il doit obligatoirement y avoir eu une passe faite dans la zone adverse. Le hockey sonore remonte aux années cinquante, lorsque quelqu’un a eu l’idée d’utiliser une boîte de conserve de 48 oz peinte en noir comme rondelle sonore. Contrairement au hockey sur luge, le hockey sonore n'est pas reconnu officiellement par le Comité international paralympique.

De la canne à la rondelle sonore

Il faut savoir que les différents clubs en Amérique du Nord ont d'abord utilisé leur propre rondelle artisanale avant d'avoir une uniformité au niveau de la «puck».

La canne utilisée par les Hiboux de MontréalL’équipe des Hiboux de Montréal, un des premiers clubs en importance au pays, a commencé à jouer pour sa part avec une boîte de conserve de 11 cm (4¼ pouces) de diamètre par 18 cm (7 pouces) de hauteur. Peinte en noir, la «canne», comme la surnommaient les joueurs, fait du bruit en rebondissant sur la glace, ce qui permettait de la repérer plus facilement.

Aussi, elle avait pour effet de ralentir le jeu comparativement à une rondelle, ce qui permettait d’intégrer des joueurs de tous les calibres.

Par contre, la canne se déformait au contact de la glace et des bâtons, sa trajectoire étant imprévisible et devait être remplacée plusieurs fois au cours d’un match.

Les Hiboux jouent depuis plus d'un an avec une rondelle en acier qui contient des billes de métal, comme le font maintenant toutes les autres équipes en Amérique du Nord. Si elle est plus fonctionnelle que la canne, la rondelle sonore comporte néanmoins quelques inconvénients. Effectivement, elle est lourde alors évidemment, la recevoir sur soi peut s’avérer douloureux. Enfin, lorsqu’elle n’est plus en mouvement, elle n’émet pas de bruit, donc les joueurs avec une vision très basse ont plus de difficulté à la repérer. Une recherche pour une rondelle mieux adaptée est présentement en cours.

La rondelle sonore 2.0

Steve Vezeau, professeur en design à l'Université du Québec à Montréal, fait partie d'une équipe de chercheurs qui travaille sur une nouvelle rondelle sonore intelligente. C'est suite à un match amical entre les employés de l'UQAM et les Hiboux de Montréal que le projet a pris racine. Les Hiboux cherchaient à avoir une rondelle sonore qui pourrait sonner tout le temps. 

C’est en sondant chacun des joueurs des Hiboux que l'équipe de l'École de design a pu connaître les préférences des utilisateurs concernant la grosseur, la forme et la couleur de la «rondelle idéale». Noire ou orangée, ouverte ou fermée, plusieurs avenues étaient possibles.

On la voulait rebondissante, mais pas trop; dure, rigide et résistante aux impacts. À l'intérieur de la rondelle, un coeur électronique avec une puce permet de détecter sa position. Plus large qu’une rondelle régulière (le double en dimension, tant au niveau de la hauteur que le diamètre), elle plus facilement repérable sur la patinoire par les personnes qui ont un handicap visuel. 

Prototype de rondelle sonore de l'UQÀMPlusieurs résines ont été testées afin de retrouver le plaisir du jeu d'une rondelle standard. Elle devait aussi être audible dans un aréna de hockey, un endroit où le son est parfois cacophonique.

Le choix s'est finalement arrêté sur une rondelle noire, deux fois plus grosse qu'une rondelle ordinaire. Le prototype actuel, qui en est à sa troisième génération, a été conçu à l'aide d'une imprimante 3D. 

Lorsqu’elle a été présentée à Toronto dans un tournoi qui réunissait toutes les équipes canadiennes et plusieurs équipes américaines, l’ensemble des joueurs qui ont pu la tester a validé le potentiel de la rondelle. Le son continu et la trajectoire régulière améliorent grandement la qualité du jeu. Son design permet aussi un meilleur contrôle.

S’il reste encore un peu de travail à faire au niveau sonore, la rondelle intelligente arrive à «tenir» un match au complet. En effet, elle est suffisamment robuste pour supporter les coups durant toute une partie.  L'un des derniers points à corriger consiste également à en alléger le poids.

Un premier appel pour recueillir des dons a été lancé par la Fondation de l'UQAM et l’objectif a déjà été dépassé. Si la nouvelle rondelle intelligente est adoptée uniformément par tous les clubs de hockey sonore, on pourrait maintenant espérer que ce sport adapté devienne une discipline aux Jeux paralympiques, pour le plus grand bonheur des joueurs.