Voir grand

Voir grand est une série documentaire consacrée aux maladies de l’oeil et aux avancées scientifiques dans ce domaine.

Voir grand

Voir grand est une série documentaire consacrée aux maladies de l’oeil et aux avancées scientifiques dans ce domaine.

Voir venir

Un scientifique regarde dans un microscope dans un laboratoire.

Voir venir

Saviez-vous qu'une personne sur sept au Canada recevra un diagnostic de maladie oculaire au cours de son existence? Qu'un patient sur quatre qui consulte son optométriste pour un trouble visuel sort de son examen de la vue avec une condition oculaire qu'il ignorait?

Comme de nombreuses maladies oculaires ne présentent aucun symptôme au début, avoir une bonne vision ne signifie pas forcément que nos yeux sont en santé. D'où l'importance de subir un examen oculaire. 

Cet examen dans le cabinet d'un optométriste permettra de VOIR VENIR le problème de santé de l’œil et aux personnes atteintes d'entreprendre un traitement pouvant corriger, stabiliser ou retarder l’issue de la maladie. Le dépistage précoce est fondamental. 

Peut-on diagnostiquer tôt des problèmes complexes comme le glaucome ou encore des maladies génétiques de l’œil? Quels sont les outils et méthodes actuelles de dépistage? Quelles anomalies ces appareils permettent-ils de voir dans l'oeil? Voilà autant de questions auxquelles nous répondrons dans la série de capsules web VOIR VENIR. 

VOIR VENIR, c'est une  série de sept capsules de deux minutes trente qui nous emmène dans un cabinet d'optométrie au moment de l'examen de l'œil d'un patient. La technologie a fait de grands pas dans le diagnostic des maladies de l’œil. Chaque capsule nous présente donc un appareil de pointe - électrorétinogramme, tomographe en cohérence optique (TCO), biomètre, appareil de topographie cornéenne, etc. - et nous explique à quoi sert l'appareil, ce qu'il permet d'observer dans un œil en santé ainsi que dans un œil malade. L'optométriste décrira aussi les signes précurseurs d'une ou plusieurs maladies que l'appareil peut détecter. 

VOIR VENIR vise à sensibiliser la population à l'importance de subir périodiquement un examen oculaire avant que d'éventuels problèmes de santé de l'œil ne s’aggravent - ce qui permettra aux personnes touchées de conserver une meilleure qualité de vie. Le dépistage précoce permet aussi des économies substantielles au sein des services publics de santé. 

VOIR VENIR nous donnera un accès unique à l’École d’optométrie de l’Université de Montréal et tous les appareils de dépistage modernes qui s’y trouvent,  ainsi qu’à un spécialiste reconnu dans ce domaine: l’optométriste professeur-chercheur et également Président de l’Ordre des optométristes du Québec, monsieur Langis Michaud.

Capsules Voir venir

Capsule 1: l'examen de base

Les optométristes recommandent un examen de la vue annuel chez les enfants et les aînés. Chez les adultes, l'examen n'est requis qu'aux deux ans. La première étape, c'est l'entrevue avec le patient, suivi d'un test d'acuité visuelle à l'aide d'un phoroptère et un réfractomètre. Le spécialiste examine ensuite le fond de l'oeil en 3D avec un Ophtalmoscope binoculaire indirect. Au final, il analyse la vision en trois dimensions et la perception des couleurs, puis termine avec le test de la grille d'Amsler, qui permet de dépister les signes avant-coureurs de la DMLA humide. L'examen régulier est un premier pas pour dépister la majorité des maladies de l'oeil. 

Capsule 2: la mesure du champ de vision

Le périmètre est un appareil qui permet de mesurer l'étendue du champ visuel. Il est composé d'un écran en demi-sphère sur lequel des taches lumineuses apparaissent en périphérie puis se dirigent vers le centre. Le patient, qui fixe un point central, doit cliquer dès qu'il voit la tache arriver dans son champ de vision. Les pathologies qui peuvent entraîner une réduction du champ visuel sont par exemple: certaines rétinopathies, la DMLA, le glaucome, l'amblyopie.

Capsule 3: l'examen de la cornée

La topographie cornéenne est un examen utilisé pour mesurer la forme et l’intégrité de la cornée. L'appareil projette une série d’anneaux lumineux sur la surface de la cornée, qui à son tour reflète l’image dans l’instrument. Après avoir analysé les anneaux de lumière, l’ordinateur génère une carte topographique en relief de la cornée. Ces images sont utilisées pour diagnostiquer des aberrations ou des pathologies cornéennes, comme le kératocône, qui est une déformation en forme de cône sur la cornée. 

Capsule 4: dépister la rétinopathie diabétique

La rétine est composée de différents types de cellules qui absorbent la lumière et la convertissent en impulsions électriques qui sont envoyés au cerveau, où l'image qu'on voit est reconstruite. L'électrorétinographe analyse la réponse électrique de ces cellules à différents stimuli lumineux. Il permet de distinguer, au moyen de lumières d'intensités et de couleurs différentes, si l'activité des cellules est normale ou non. Dans ce test, le patient se fait poser des électrodes autour des yeux et sur le front puis la pièce est plongée dans l'obscurité. Différents patrons de flashes de lumière apparaissent alors. À la fin du test, un tracé est obtenu: l'électrorétinogramme. Une courbe anormale est un indicateur de rétinopathies ou d'amblyopie.

Capsule 5: dépister la DMLA

Dans l'appareil à TCO, des ondes infrarouges frappent différentes structures de l'oeil, comme la rétine ou le nerf optique. Avec les réflexions de ces ondes, l'appareil reconstruit des images en 3D avec une résolution de l'ordre du micromètre. Cet examen détecte par exemple la perte prématurée des cellules ganglionnaires de la rétine, caractéristique dans les cas de glaucome. Cet examen permet de prévoir cinq ans à l'avance l'apparition d'un glaucome, mais aussi d'établir un diagnostic précoce des maladies de la rétine et de l'amblyopie. 

Capsule 6: détecter une cataracte

La photographie rétinienne, couplée à un logiciel de prise d'images, permet de visualiser rapidement une très large superficie du fond d'oeil. On recommande aux patients qui ont des yeux sains de subir ce test, de façon à avoir une image de référence si une maladie s'installe. C'est un outil de premier choix pour dépister les problèmes oculaires dans les cas de diabète, une maladie qui touche 10% des Canadiens. La rétinopathie diabétique se manifeste par différents signes: l'accumulation de lipides ou d'hémorrhagies dans le fond d'oeil, la présence de vaisseaux sanguins de forme tortueuse, etc. Cet examen permet aussi de dépister d'autres maladies: glaucome, dégénérescence maculaire, névrite, etc.

Capsule 7: un risque de glaucome

La lampe à fente ou biomicroscope est un instrument de base en optométrie qui permet d'examiner la plupart des structures de l'oeil. Dans cet appareil, la lumière qui éclaire l'oeil passe à travers une fente étroite, ce qui permet de révéler une fine tranche de l'oeil. Un ensemble de lentilles permettent aussi d'observer les structures oculaires - cornée, iris, cristallin, etc. - à différents grossissements. L'optométriste peut ainsi rapidement voir des anomalies, comme une opacité de la cornée causée par une mauvaise cicatrisation ou une opacité du cristallin, qui indique un cas de cataracte.

Dr. Langis Michaud

Le Dr. Langis Michaud est Président de l’Ordre des optométristes du Québec. Gradué de l’École d’optométrie de l’Université de Montréal, il y enseigne depuis 2001 et il est chef du département de lentilles correctrices. Il a publié plusieurs articles dans des journaux académiques et a été invité à plusieurs colloques en Europe, en Asie et aux États-Unis. Il est une sommité dans son domaine.