Pas d'excuses pas de limites

Portrait du danseur b-boy Luca «LazyLegz» Patuelli et du projet RAD, qui donne la chance à des personnes ayant divers handicaps de suivre des cours inclusifs de danse urbaine.

Pas d'excuses pas de limites

Portrait du danseur b-boy Luca «LazyLegz» Patuelli et du projet RAD, qui donne la chance à des personnes ayant divers handicaps de suivre des cours inclusifs de danse urbaine.

Participants de Pas d'excuses, pas de limites

Les danseurs Nico Archambault etLuca Patuelli sont assis par terre et sourient, accotés sur un mur.

 

Luca-PatuelliLuca « Lazylegz » Patuelli

Luca « Lazylegz » Patuelli est atteint d’arthrogrypose, une condition rare se caractérisant par des raideurs multiples des articulations et par une faiblesse musculaire.  Il marche avec des béquilles depuis sa toute jeune enfance. Ce qui ne l’a jamais limité dans la pratique de sports : ski alpin,  équitation, voile, natation, planche à roulettes. « Bboy » depuis l’âge de 15 ans, il s’est largement imposé dans la communauté mondiale de breakdance. Luca est fondateur d’ILL-Abilities, la première et unique équipe internationale de breakdance composée des meilleurs danseurs « handicapés » du monde. Il a participé à de grandes rencontres internationales et est apparu dans de nombreux médias. On a entre autres pu le voir dans les émissions de télévision « Star Académie » « Tout le monde en parle » « Ellen » et « So You Think You Can Dance Canada ». Il est d’ailleurs entré dans l’histoire comme premier danseur handicapé à se rendre aussi loin dans cette émission. Avec sa femme, Melissa Emblin, et son amie Marie-Élaine Patenaude,  il a fondé le Projet RAD avec lequel il offre des cours de danses à des personnes handicapées peu importe leurs limitations. Luca vit chaque jour en mettant en pratique son credo : « Pas d’excuses, pas de limites»
 

Nico-Archambault-et-Luca-PatuelliNico Archambault

Nico a travaillé comme danseur avec de grands artistes comme Madonna et Janet Jackson. Il s’est fait connaître du grand public quand il a remporté la première édition de l’émission « So you think you can dance Canada ». On peut, entre autres, aujourd’hui le voir comme juge à l’émission « Les Dieux de la danse », présentée à Radio-Canada. Nico n’a jamais hésité à mettre le pied hors de la scène pour travailler comme réalisateur, producteur créatif, chorégraphe et metteur en scène. Il croit que la combinaison de la passion et d’une vision claire sont essentielles pour créer des œuvres qui se distinguent.
Voir la présentation vidéo de Nico

 

Anne-Renée-HudonAnne-Renée Hudon

Originaire de Québec, Anne-Renée ne se laisse pas ralentir par son fauteuil. Elle a joué à la fois au basket ball et au tennis, en plus de faire de l’équitation. Elle a découvert la danse récemment et cette activité lui apporte une nouvelle façon de dépenser son énergie et beaucoup de confiance en elle. Anne-Renée ne cache pas son admiration envers Luca et avec son sourire contagieux, elle est une excellente ambassadrice du Projet RAD.
« J’adore l’énergie d’Anne-Renée. Elle déborde d’enthousiasme et est toujours emballée de participer à nos cours. Elle a le don de répandre son énergie positive à tout le groupe et à rendre tout le monde de bonne humeur. » -Luca
Voir la présentation vidéo de Anne-Renée 
 

Olivier d'AnjouChristophe et Olivier D’Anjou

C’est en participant au camp Massawippi que ces frères jumeaux de la région de Charlevoix ont découvert le Projet RAD et depuis, ils se réalisent dans la danse. Ils sont tous les deux atteints de paralysie cérébrale et Olivier est non-voyant. Ça ne les empêche pas de toujours repousser leurs limites. Ils impressionnent par leur persévérance. «Il ne faut pas juste regarder le physique, il faut regarder le cœur. Parce que pour moi le physique, c’est secondaire»-Olivier. «J’entends souvent dire que les personnes handicapées sont pas normales. Ce n’est pas vrai! On est normal! On est juste différent. Et qui n’est pas différent dans la vie?»- Christophe. (Photo: Olivier d'Anjou). Voir la présentation vidéo de Christophe et Olivier

 

Simon-et-Francis-LaforestFrancis et Simon Laforest et Paolo Caterina

Ces trois danseurs, deux frères et leur meilleur ami, sont inséparables. Francis et Simon comptent parmi les premiers élèves du Projet RAD. Paolo allait les voir danser, mais hésitait à a embarquer dans le mouvement. Puis, l’an dernier, au Camp Massawippi, il a fait l’essai d’un cours de danse et une passion est née, il est devenu accro à cette nouvelle activité. « Paolo est un membre inspirant et important. C’est un gars fier et indépendant. Il a eu beaucoup d’opérations cette année et même après ses opérations, il a continué de travailler très fort. »-Luca. Simon et Francis sont munis d’une énergie contagieuse. «  Au lieu d’abandonner quand la maladie les a obligé à utiliser un fauteuil, ils ont continué. Ils sont généreux, un super exemple pour tous. »-Luca. (Photo: Simon et Francis Laforest). Voir la présentation vidéo de Francis, Simon et Paolo

 

Marie-Élaine-avec-Antoine-et-Éloise-PatenaudeMarie-Élaine, Antoine et Éloïse Patenaude

La danse a toujours fait partie de la vie de Marie-Élaine et elle a toujours voulu inclure son frère Antoine et sa sœur Éloïse, tous les deux atteints de la dystrophie de Steinhart. C’est lors de son baccalauréat en adaptation scolaire et sociale que lui est venue l’idée de donner des cours de danse pour les clientèles spécialisées. À cette époque, son frère avait commencé à danser et inspirée par son cheminement, elle a eu l’idée de créer des cours de danse adaptés pour tous. C’est alors qu’ elle a créé le Projet RAD, en compagnie de Luca et de Mélissa. Marie-Élaine a maintenant terminé son baccalauréat et se concentre sur divers projets de danse, d’enseignement et, bien entendu, sur RAD. Aujourd’hui son frère Antoine et sa sœur, Éloïse, dansent tous les deux avec RAD. « Même si je danse depuis longtemps, mon frère est une très grande source d’inspiration. Beaucoup de ce que je fais aujourd’hui est grâce à lui. ». « C’est avec ma sœur que j’ai vu le changement le plus important. Au début, elle trouvait très difficile l’aspect du travail physique qui vient avec la danse. Petit à petit, elle l’a intégré et comme elle a beaucoup de persévérance, c’est devenu plus naturel. Maintenant, c’est elle qui motive les autres. ». Chez les Patenaude, la danse, c’est une affaire de famille. Voir la présentation vidéo de Marie-Élaine, Antoine et Éloïse
 

Mélissa-Emblin

Mélissa Emblin

Ergothérapeute et danseuse professionnelle, Melissa Emblin est membre fondatrice du Projet RAD. Avant de créer ce mouvement, elle a, entre autres, travaillé plusieurs années comme ergothérapeute dans le cadre du programme des troubles du développement moteur au centre de réadaptation MAB-Mackay. Elle danse depuis l’âge de 3 ans, se concentrant plutôt sur la danse contemporaine et le ballet-jazz. C’est seulement au cours des dernières années qu’elle est tombée en amour avec l’essence des danses urbaines et qu’elle s’est lancée dans ce style avec cœur et âme. Elle encourage les gens de tous les âges et de toutes les habiletés à développer une passion pour augmenter leur estime de soi et surpasser leurs limites. Elle croit que la différence est une force et que de faire les choses à sa manière constitue un pouvoir. Quand elle n’est pas occupée par l’administration, la coordination et l’enseignement des différentes classes de danse RAD, vous pouvez la trouver dans un studio en train de partager et perfectionner son propre style de danse.