Les caravaniers de l'impossible

Faire découvrir la randonnée à des personnes à mobilité réduite, sur les sentiers escarpés des Açores : c’est l’objectif un peu fou des caravaniers de l’impossible. 

Portraits des Caravaniers

Les participants et professeurs des Caravaniers sont réunis devant un port au Portugal

Les participants

Janie-BeaudoinJanie Beaudoin
Janie a 20 ans; elle vient de terminer son cégep en Sciences humaines et se prépare à poursuivre ses études en psychoéducation et psychologie à l’Université de Montréal. Elle aime les nouvelles expériences et ne rate jamais une occasion de se dépasser. Son enthousiasme et sa bonne humeur sont contagieux, elle ne manque ni de répartie, ni d’humour, et trouve toujours le mot juste pour exprimer ce qu’elle ressent. Janie est atteinte de paralysie cérébrale et se déplace en fauteuil roulant.
 

 

 

Magali-BrunetMagali Brunet
Magali a 20 ans; elle vient de terminer son secondaire dans une école spécialisée. Elle joue au basketball en fauteuil roulant et suit des cours de danse urbaine. Elle voudrait suivre des cours de peinture et de dessin et devenir artiste; elle aime la musique et ne rate jamais une occasion de chanter et danser. Magali est atteinte de paralysie cérébrale. Le voyage aux Açores a été son premier voyage sans sa mère, qui l’assiste habituellement dans son quotidien. Un défi qui a fait du voyage aux Açores une expérience particulièrement importante pour elle. 

 

 

Samuel-CamirandSamuel Camirand
Samuel a 23 ans et il vient de terminer un DEC en graphisme. Il y a quelques années, il a visionné le film Trisomie 21 – Le Défi Pérou, qui retraçait le premier projet d’expédition de Jean-François Martin. Pour Samuel, ce fut un déclic qui l’a poussé à sortir du quotidien et à monter sa propre expédition au Pérou, en 2015. Il pratique la natation et a participé à plusieurs éditions du Bootcamp-Race en joëlette, grâce à l’aide de la « Team Samuel » qu’il a rassemblée autour de lui. Samuel est atteint de l’ataxie de Friedreich, une maladie dégénérative; il est engagé pour soutenir les chercheurs qui luttent contre sa maladie.

 

 

Maude-MassicotteMaude Massicotte
Maude a 23 ans; elle travaille dans une fondation dédiée aux enfants gravement malades et vit dans son propre appartement, à Montréal. Travailler et vivre de façon autonome étaient ses plus grands désirs ; elle s’est battue et s’est démenée pour y parvenir. Très active, elle a une multitude de projets ; elle veut entre autres créer un organisme pour mettre en relation les jeunes handicapés et bénévoles prêts à les aider à sortir ou faire des activités. Elle se bat pour l’inclusion des personnes en situation de handicap dans la société et le monde du travail. Maude est atteinte de paralysie cérébrale ; elle peut marcher sur de courtes distances. 

 

 

Les professeurs

Jean-Francois-MartinÀ l’origine du projet : Jean-François Martin
Jean-François est professeur en techniques d’éducation spécialisée au Cégep du Vieux Montréal depuis plus de 15 ans. Après des études en psychologie et éducation, il a d’abord enseigné à l’UQAM en développement de carrière. La naissance de son premier enfant, atteint de trisomie 21, l’a conduit à s’intéresser à la prise en charge de la déficience intellectuelle et à réorienter sa carrière. Il a écrit plusieurs ouvrages consacrés à la déficience intellectuelle et donne régulièrement des conférences sur le sujet. Les caravaniers de l’impossible est son deuxième projet de voyage mêlant découverte, dépassement de soi et objectifs éducatifs : en 2008, il a emmené six jeunes atteints de trisomie 21 – dont son fils Karl – randonner jusqu’au Machu Picchu, au Pérou, encadrés par six étudiants-stagiaires en éducation spécialisée.

 

Patrice-CésarPatrice César
Patrice est professeur en techniques d’éducation spécialisée au Cégep du Vieux Montréal. Il a travaillé plus de 20 ans en contact direct avec des adolescents et des adultes ayant des problèmes de troubles du comportement, de toxicomanie ou encore de décrochage scolaire. Puis, il y a une douzaine d’années, il s’est tourné vers l’enseignement, pour partager son expérience professionnelle avec ses élèves et préparer la relève. Écrivain à ses heures, Patrice a néanmoins les pieds sur terre ; c’est un partenaire précieux pour Jean-François, qu’il a aidé à faire passer ses projets du rêve à la réalité. Avant de participer au voyage des Caravaniers, Patrice a participé à son épopée sur les sentiers du Pérou, en 2008. Aux Açores, on l’a entendu dire que c’était la dernière fois qu’il participait à un projet fou de son collègue… mais à voir le plaisir évident qu’ils ont à travailler ensemble, on peut penser qu’il se laissera convaincre si Jean-François revient vers lui avec une nouvelle idée folle! 

 

Les étudiants-stagiaires

Joëlle-Dorion-BlainJoëlle Dorion-Blais
Joëlle a choisi l’éducation spécialisée avec comme objectif d’intervenir auprès des adolescents, qu’elle juge délaissés par la société. Mais elle était impatiente de prêter ses jambes aux participants du projet, et de partager avec eux le plaisir de la randonnée – une activité qu’elle affectionne particulièrement.

 

 

 

Anne-Marie-LambertAnne-Marie Lambert
Après être passée par des études en soins infirmiers, en arts plastiques et en histoire de l’art, Anne-Marie a réalisé que c’est dans un métier où la relation d’aide et le contact sont importants qu’elle s’épanouirait vraiment, d’où son choix de l’éducation spécialisée.

 

 

 

 

Kariane-Lamoureux-BilodeauKariane Lamoureux-Bilodeau
Kariane a choisi l’éducation spécialisée dans l’optique de travailler avec les enfants; mais elle n’a pas hésité à postuler pour participer au projet, voulant aider les participants à faire ce qu’ils ne sont pas en mesure de faire par eux-mêmes. Plutôt discrète, Kariane est en réalité une force tranquille qui a su trouver sa place au sein de l’équipe d’étudiants.

 

 

 

Cyrielle-Low-KienCyrielle Low Kien
À 19 ans, Cyrielle est la benjamine du groupe. Enfant, elle côtoyait souvent une voisine déficiente intellectuelle et en a gardé un contact facile et naturel avec le handicap et la différence. Elle travaille auprès d’enfants TDAH et autistes et a déjà une solide expérience professionnelle. 

 

 

 

Julie-Lussier-LaroucheJulie Lussier-Larouche
Julie est la voyageuse du groupe. Avant d’entrer au cégep, elle a passé deux années à travailler dans les champs en Colombie-Britannique et à parcourir le Mexique, le sac au dos. Une fois sa formation terminée, elle voudrait trouver des projets alliant voyage et éducation spécialisée.

 

 

 

Catherine-MarceauCatherine Marceau
Catherine a 21 ans; c’est la seule étudiante du groupe à être en première année, et le projet des Caravaniers était son « stage 1 », qui, en principe, est supposé être davantage un stage d’observation… Mais cela ne l’a pas empêchée de s’impliquer autant que les autres dans le projet et d’être membre à part entière de l’équipe d’encadrement une fois sur le terrain.

 

 

 

Emmanuelle-MilotEmmanuelle Milot
Emmanuelle a 30 ans, et déjà une carrière de coach en natation synchronisée et un bac de kinésiologie derrière elle. Toujours très impliquée dans le sport, c’est elle qui prend le lead lorsque vient le temps de s’échauffer avant de commencer les randonnées. 

 

 

 

Kim-NguyenKim Nguyen
Kim a 30 ans, et le DEC en techniques d’éducation spécialisée est l’aboutissement de son combat pour revenir aux études et trouver sa voie professionnelle. Elle a l’intention, une fois son diplôme en poche, de travailler auprès des adolescents pris dans la spirale de la délinquance. 

 

 

 

Marie-Claude-PoirierMarie-Claude Poirier
Marie-Claude a déjà une solide expérience professionnelle de l’éducation spécialisée, acquise avant son retour aux études il y a deux ans. Malentendante, elle a aussi une certaine expérience personnelle du handicap. 

 

 

 

Michael-VilleneuveMichaël Villeneuve
Michaël a 25 ans. Il a grandi dans une famille de six enfants, dont un frère atteint du syndrome d’Asperger et trois enfants adoptés, qui en plus était famille d’accueil pour d’autres enfants. Le partage, le handicap et l’entraide ont toujours fait partie de sa vie, et l’éducation spécialisée s’est imposée comme une évidence.

 

 

L’équipe de soutien 

Eric-SevellecÉric Sévellec, le spécialiste des joëlettes
Éric vit à Victoriaville; il est cofondateur de l’organisme Réseau Autonomie Santé (RAS) dont le but est de permettre aux personnes handicapées de participer à des activités culturelles ou sportives. Éric connait bien le maniement de la joëlette – son organisme en possède une – et son rôle au sein des Caravaniers consiste donc plus particulièrement à encadrer les étudiants maniant les joëlettes. On l’a vu souvent courir d’une joëlette à l’autre, pour donner des conseils, mais aussi – et surtout – pour aider les équipes à hisser les participants le long des sentiers. Éric a le cœur sur la main et est toujours prêt à mettre l’épaule à la roue. 

 

Support moral et technique aux Açores

L’aventure des Caravaniers n’aurait pas été possible sans le soutien logistique – et moral! – de toute une équipe locale, menée par la famille de la conjointe de Jean-François Martin, qui est originaire de l’île de São Miguel. Les membres de la famille ont accueilli chez eux les étudiants et les participants, et ont pris en charge la préparation des repas pour toute la troupe, matin, midi et soir pendant deux semaines. Au retour des randonnées ou des longues journées de visite, les Caravaniers pouvaient compter sur les plats mijotés au chorizo et autres spécialités locales cuisinés par Luisa et Gorete! Au-delà du soutien logistique, les repas et autres moments de vie en compagnie de la famille açorienne ont  donné une dimension particulière au voyage, en permettant une immersion dans la culture locale bien plus riche que ce que l’on peut vivre en logeant dans une chambre d’hôtel anonyme. Et les Caravaniers ont pu constater par eux-mêmes la générosité et le sens de l’accueil des Açoriens dont leur avait parlé Jean-François ! La mairie de Candelária a elle-aussi accueilli chaleureusement le groupe des Caravaniers et fourni un soutien logistique.

équipe-de-soutien

Les Caravaniers tiennent à remercier Luisa G. Simão, Maria Gorete Melo Medeiros, Bernardo Medeiros Simão, Lucia Medeiros, Pedro Medeiros, Ricardo Medeiros, Diogo Pavao, José Pavao, Lucia Pavao, Nelson Aquiar Simão et les citoyens de Candelária.